Argentinos Amigos de Paz Ahora Mundo Solidario
El Corresponsal de Medio Oriente y Africa
Viernes, 28 de julio de 2017  
  Página Principal Todos los Artículos Libro de Visitas Foros
Buscador:  
Secciones
Servicios

Suscripción
Ingrese su dirección de Email para recibir gratuitamente las novedades publicadas en esta web

¿Quién está en línea?
Actualmente hay 15 invitados, 0 miembro(s) conectado(s).

Eres un usuario anónimo. Puedes registrarte aquí
Efemérides
Un día como hoy ...
1881 - Se inician alzamientos contra los franceses en Argelia.
1976 - Gran Bretaña rompe relaciones diplomáticas con el gobierno de Idi Amin en Uganda.
1989 - Alí Akbar Hashemi Rafsanjani es el nuevo presidente iraní tras obtener el 94,51% de los votos en unas elecciones de participación masiva.
1991 - Renuncia el gobierno de Madagascar.
2003 - El ejército de EEUU asalta una granja en Tikrit donde pudo estar escondido Saddam Hussein horas antes.
Publicidad

Por los Chicos

Une cité qui sort de l’oubli
La ville de Fostat n’a pas échappé aux vicisitudes du temps. Un projet du CSA tente de réhabiliter les traces de la première capitale de l’Egypte islamique. Recherches, restaurations et développement sont en cours.
Les villes sont comme les hommes, elles naissent, se développent puis… meurent. Pire encore, elles sont oubliées. Mais les villes peuvent aussi renaître. Cela s’applique sans doute à Fostat, la première capitale de l’Egypte islamique. Elle fut fondée en 641 par le général Amr ibn Al-Ass suite à la conquête de l’Egypte par les Arabes. C’est là où la première mosquée du pays et de l’Afrique fut bâtie.

Fostat, aujourd’hui englobée dans la zone urbaine du Caire, reste pour les musulmans le lieu originel de la ville, où seraient inscrites les figures de sa mission. A sa création, elle est alors devenue la capitale de la province égyptienne et s’étendait des hauteurs surplombant le grand lac du Berket Al-Habach au sud jusqu’aux zones actuelles de Sayeda Zeinab et d’Ibn Toulon au nord. Autrefois cité resplendissante, Fostat vient rappeler que la richesse de l’histoire égyptienne va bien au-delà de l’Antiquité et des pharaons. A son apogée, Fostat était considérée comme l’une des plus belles et plus prestigieuses villes du monde. Une ville splendide, dont les rues étaient éclairées jour et nuit, et dont les immeubles pouvaient avoir entre cinq et sept étages, comme ont pu le décrire de nombreux voyageurs.

Il s’agit en fait d’une longue histoire de cette ville qui a survécu jusqu’à à nos jours et qui représente un embryon de ce qui est devenu par la suite “Le Caire”. Une histoire qui n’est pas tout à fait comme les autres, puisqu’elle porte sur un site exceptionnel. Mais c’est également le récit classique de la négligence ou du peu de cas que l’on fait souvent des zones et des monuments historiques laissés à la merci tant d’une urbanisation sauvage que d’une exploitation par des promoteurs immobiliers peu soucieux du patrimoine. Les vestiges de Fostat baignent de nos jours dans les eaux souterraines et celles du drainage des zones d’urbanisation sauvage à proximité. Fostat est aujourd’hui un immense champ de ruines.

C’est face à cet état de choses qu’intervient un projet immense du Conseil Suprême des Antiquités (CSA) qui vise en premier plan à sauver les monuments de cette première capitale de l’Egypte islamique des eaux souterraines qui les menacent. “Le CSA a désigné un bureau technique égyptien pour préparer des études détaillées sur le site et le projet prévu. C’est un grand projet qui comprend aussi la restauration des antiquités de Fostat, le développement du site et sa réhabilitation”, explique Mohamad Mahgoub, directeur général des sites archéologiques du Vieux-Caire et de Fostat. Les études seront prêtes dans 20 mois. Le projet sera ensuite lancé en adjudication aux sociétés spécialistes en le domaine de restauration des antiquités et des villes historiques.

“C’est évidemment le premier projet de réhabilitation de la ville. Fostat n’en a bénéficié d’aucun auparavant, du moins à l’époque moderne. C’est ainsi que la région et les monuments qui y ont été mis au jour ont souffert de plusieurs problèmes surtout celui des eaux souterraines”, souligne Moustapha Abdel-Halim, directeur de la zone archéologique de Fostat. Peu de bâtiments de l’époque médiévale subsistent, et de nombreuses fouilles archéologiques ont été entreprises.

Fostat fut le lieu de plusieurs campagnes de fouilles dès le début du XXe siècle. Des archéologues égyptiens, français, japonais, américains… Les passionnés d’archéologie peuvent encore visiter les chantiers de Fostat.

Les fouilles ont livré d’ailleurs d’intéressantes trouvailles. On a révélé assez d’indications à Fostat pour se rendre compte du plan général de la ville et de ses maisons. Pour s’abriter du soleil, les rues sont étroites, de 1 à 3 mètres de large pour la plupart ; certaines peu nombreuses atteignent 10 mètres. Les maisons sont à étages, construites en briques cuites et en pierres bien dressées. Les bâtiments s’élèvent autour d’une cour carrée, à parterres de fleurs entourant la fontaine centrale. Un soin particulier était apporté à l’adduction d’eau : citernes, conduites d’eau, canaux d’écoulement, de décharge ou d’égouts.

On peut voir, entre autres, les vestiges et les fondations d’un réseau d’alimentation en eau, très sophistiqué pour l’époque. Les découvertes intéressantes et le bel artisanat provenant de Fostat sont maintenant à l’abri au dépôt du Musée islamique et dans les dépôts des missions archéologiques fouillant le site. On y retrouve aussi des moulins à grain et à huile. “C’est un site très important où s’effectuent d’importantes recherches et plusieurs travaux de fouilles. Ici, on retrouve vraiment l’origine de l’islam en Egypte. C’est naturellement aussi un site qui a connu des périodes importantes. On continue à travailler et à fouiller chaque année dans ce site important”, estime Moustapha Abdel-Halim.

Fostat fut aussi le lieu de production des premières faïences véritables. Des pièces de céramiques andalouses ainsi que les vestiges des fours où elles étaient fabriquées, ont été aussi découverts à Fostat. Ces céramiques se trouvent maintenant dans les dépôts du Musée de l’art islamique (qui est en cours de développement). On y a découvert aussi de la céramique chinoise. La plupart des trouvailles date de l’époque fatimide. Il existe aussi des traces ommeyades et mameloukes.

Le plus grand édifice qui rappelle la richesse passée de Fostat est la mosquée Amr ibn Al-Ass, construite en 641. Sa forme actuelle date en fait de 1798, après plusieurs remaniements. L’intérieur est d’une grande beauté avec ses rangées d’innombrables colonnes blanches. Un autre bâtiment encore bien conservé de l’ancienne Fostat est le Nilomètre, construit à la demande du calife abbasside Al-Motawakel en 861. Restauré plusieurs fois, il permettait de mesurer le niveau du Nil et n’a perdu son utilité qu’avec la construction du Grand Barrage d’Assouan.

“La partie préliminaire du projet est déjà achevée. Celle-ci consiste en la restauration des monuments qui subsistent à Fostat dont la mosquée Amr ibn Al-Ass et le Nilomètre. D’ailleurs, le musée de la civilisation (NMEC) est aussi en cours de construction à Fostat. La première partie de la construction de ce musée exécuté sous l’égide de l’Unesco vient de prendre fin”, indique Mahgoub. Il s’agit d’un grand projet qui se trouve au milieu du quartier historique de Fostat ayant pour but de présenter la civilisation égyptienne dans toute son étendue, sa richesse et sa diversité à travers des âges, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. Premier musée de ce type et de cette envergure dans le monde arabe, il conservera une collection extraordinaire d’objets provenant des collections nationales égyptiennes. Le site de Fostat offre des espaces très importants et un accès routier beaucoup aisé. Le bâtiment du NMEC est ainsi situé dans un parc au bord du lac Ain Al-Sira, partie intégrante du musée. Il sera entouré d’une promenade archéologique, d’un jardin archéo-botanique et d’un auditorium à ciel ouvert. “Par son histoire et son entourage, cet endroit est excellent pour qu’on y construise un musée de la civilisation. De là, le visiteur peut observer la Citadelle, les pyramides, Saqqara... presque toutes les civilisations anciennes de l’Egypte”, ajoute Mohamad Mahgoub.

L’Organisme du développement touristique exécute aussi des projets de développement dans la région de Fostat à caractère archéologique, religieux ou social comme le projet de développement de la région de Mogammaa al-adiane (le complexe des religions), la construction du marché touristique de Souk Al-Fostat et le village de la poterie. Tous ces projets ont donc pour but non seulement le développement touristique de la région, mais aussi l’évolution écologique, urbaine, voire sociale.

Dans l’intimité des premiers conquérants musulmans

Fostat fut l’une des villes les plus riches du monde, un grand centre du commerce international, remplaçant Bagdad. L’urbanisation de la ville se développa au nord jusqu’aux pentes du Moqattam, mais elle fut détruite en 1168.

La vraie histoire du Caire commence en fait dès la conquête de l’Egypte par Amr ibn Al-Ass en 640. Fostat, aussi appelée Fustat, Misr Al-Fustat ou Fustat-Misr, est la première capitale de l’Egypte islamique. Durant son premier siècle au sein du califat, Fostat se transforme en véritable cité. Des maisons à étages, des mosquées somptueuses et une pléthore de marchandises témoignaient de la richesse de cette grande ville qui alla même, au temps de sa splendeur, jusqu’à éclipser Bagdad.

En 639, Amr ibn Al-Ass, commandant des armées du calife des musulmans Omar ibn Al-Khattab, a vaincu les Byzantins de Misr. L’un des premiers généraux musulmans les plus compétents qui avait visité Alexandrie dans sa jeunesse, Amr, n’avait jamais oublié les bâtiments publics, les rues animées et la richesse éclatante de la capitale égyptienne. Il a vaincu la forteresse de Babylone. Il installa son camp en un endroit où la montagne se rapproche le plus du fleuve, un site stratégique, donc. Une fois la forteresse byzantine vaincue, une fraction de musulmans partit à la conquête de la capitale byzantine, Alexandrie, et revint occuper le site de ce qui sera désormais Fostat. A proximité de l’ancienne forteresse de Babylone, sur la rive orientale du Nil, Fostat occupait environ de 600 à 800 hectares. Le site de Fostat permet de contrôler le Delta tout en étant situé au point de passage le plus commode pour traverser le fleuve, à la jonction entre la Haute et la Basse-Egypte.

On raconte qu’au moment de lever le camp pour marcher sur Alexandrie, deux colombes ayant fait leur nid sur la tente de Amr, il exigea alors de la laisser sur pied jusqu’à son retour. La tente du commandant devient bientôt le centre d’une véritable ville florissante. Cela nous explique pourquoi la capitale de cette province musulmane a pris le nom de Fostat (la tente). A cet endroit se développa par la suite la ville d’Al-Fostat. Sur le site même où Amr planta sa tente lors du siège, une mosquée a été édifiée : la première érigée en Egypte et en Afrique. Les murs du bâtiment originel étaient faits de briques en terre et le plafond était composé de demi-troncs de palmiers, soutenu par des troncs de palmiers en guise de colonnes. Le plafond était couvert de terre et de feuilles de palmier. Le sol était, quant à lui, couvert de cailloux. Rien de ce premier édifice n’a survécu, suite aux nombreuses rénovations de la mosquée. Il s’agissait d’un édifice très simple faisant 30 coudées de largeur et 50 de longueur, soit 17 x 29 m. La mosquée a connu des périodes de ruine et de destruction et a été rénovée, rebâtie et agrandie maintes fois. Les livres d’Histoire enregistreront toutefois les modifications et transformations successives que la mosquée connut depuis sa fondation jusqu’à nos jours.

Fostat était aux temps des dynasties omeyyades (661-750) et abbassides (750-1050) un camp fortifié. La ville connut son apogée au douzième siècle avec une population d’environ 200 000 habitants. Elle était le centre du pouvoir administratif de l’Egypte. Elle devient une ville cosmopolite (mêlant des populations arabes, égyptiennes, grecques, coptes et juives…).

La ville devient le centre du commerce maritime extérieur en raison de son emplacement sur le Nil, entre la Basse et la Haute-Egypte, et de son accès aux ports du nord de l’Egypte et aux villes du sud de la Haute-Egypte par le Nil. Au cours de la période fatimide, son rôle s’accrut en raison du lien qui l’unissait au Caire, quartier général des califes fatimides. Al-Fostat devint le principal centre de transport maritime et un port où transitaient les marchandises en provenance de Chine, d’Inde, du Yémen et d’Europe. Al-Maqrizi affirma que les prix qui y étaient pratiqués étaient inférieurs à ceux du Caire. De plus, des commerces s’établirent sur les rives d’Al-Fostat et les marchandises étaient directement déchargées devant les portes des négoces. Précisons qu’il était impossible de transporter les marchandises à dos d’animaux étant donné que la ville était véritablement surpeuplée. Lors d’une visite à Al-Fostat, le voyageur Al-Maqdissi était surpris de voir le nombre de navires et de bateaux amarrés au port. Quant au voyageur Ibn Said, il affirma: “Je ne mens pas lorsque je raconte que sur les rives d’Al-Fostat, j’ai vu ce que jamais je ne vis sur aucune autre rive”.

Quand les navires chargés de différents types de grains arrivaient à Al-Fostat, les porteurs transportaient des charges énormes dans leurs zones de stockage situées à plusieurs endroits du Caire. Ahmad ibn Toulon fit également construire un arsenal à proximité d’Al-Fostat. Un chantier naval pour la construction des navires et des bateaux fut construit. On raconte que ce chantier traversa les périodes fatimide, ayyoubide et mamelouke. Selon certaines sources historiques, cette ville était le centre de production des flottes que Salaheddine utilisa en Méditerranée pour lutter contre les croisés et ce, à l’époque du roi Al-Kamel Mohamad et de son fils, le roi Al-Saleh Najmeddine Ayyoub. Equipés d’armes, les guerriers étaient ensuite envoyés depuis Al-Fostat via le Nil vers les ports du nord d’Alexandrie, de Rosette et de Damiette.

Malgré les fondations de nouvelles capitales plus au nord (Al-Askar, Al-Qataïe et Le Caire), Fostat ne fut pas abandonnée. Derrière ses murs prospéra encore longtemps une communauté de commerçants.

Mais les beaux jours de Fostat étaient déjà comptés. Ravagée par un incendie en 750, elle fut reconstruite plus grande et plus belle que jamais. Au moment de la construction du Caire (969-973), c’était encore une ville considérable de quelque 250.000 habitants. Lors de l’invasion de l’Egypte par Amaury Ier de Jérusalem, la ville a été dévastée une seconde fois par les flammes en 1168 par son propre vizir, Chawer, qui voulait empêcher les croisés de piller ses richesses. On ne refit cette fois que le quartier du port. Ce qui subsistait de la ville fut alors incorporé au Caire voisin. Entre les XIIIe et XVe siècles, les Mamelouks firent de l’endroit une simple décharge, bien qu’une population de quelques milliers d’habitants ait continué d’y vivre par le commerce de poteries.

La source:  Al-Ahram Hebdo, hebdomadaire égyptien en langue française.
 
Otros idiomas
Enlaces Relacionados
· Más acerca de Cultura
· Noticias de Amira Samir


Noticia más leída sobre Cultura:
Haifa Wehbe, cantante y sex simbol de los árabes

Votos del artículo
Puntuación promedio: 0
votos: 0

Vote por este artículo:

Excelente
Muy bueno
Bueno
Regular
Malo


Opciones

 Versión para imprimir  Versión para imprimir

Comente este artículo

"Ingresar" | Entrar/Crear cuenta | 4 Comentarios | Buscar discusión
Puntos
Los comentarios son propiedad de quien los envió. No somos responsables por su contenido.

No se permiten comentarios anónimos, Regístrese por favor

wedding dresess 2012 (Puntuación 1)
por sasa1101 el Lunes, 25 junio de 2012
(Información del usuario | Enviar un mensaje)
also another different on the dial Quinceanera Dresses [www.wide-dress.com] , which is another set of number around the upper subdial window. Here you have little 15 minute indicators of the periods in the game. Actually cheap wedding dress [www.wide-dress.com] . , I don 8217 bridal dress [www.wide-dress.com] ;t really expect any soccer players to wear this watch while playing. That would really get in the way. Maybe a coach or some uber fan will be wearing this watch to time the game.See IWC Pilot watches on eBay here.See IWC Pilot watches on Amazon here strapless wedding dresses [www.wide-dress.com] .Well,audemars piguet, the IWC Ref. IW371803 is a newish version of the IWC Top Gun. Its actually not fair to call it an exact copy. It does not share the titanium and ceramic case, but rather has a steel case. The most notable ch

Leer el resto del comentario...



designer *****tail dresses (Puntuación 1)
por thurmanroyal el Sábado, 30 junio de 2012
(Información del usuario | Enviar un mensaje)
summer wedding guest dresses [www.zoomdress.com] summer wedding guest dressesyou seem stylish and also good. summer dresses 2012 [www.zoomdress.com] summer dresses 2012 Tea size dresses normally drop upward to about Four in . summer mother of the bride dresses [www.zoomdress.com] Garter [www.zoomdress.com] Garter above the shins cheap wedding dresses plus size [www.zoomdress.com] . These people match almost all types or even styles of entire body; therefore they’re perfect for you in the event that you don’t feel that secure displaying several epidermis if you want to hold your wedding on the beach, you'd better choose a beach wedding dress/ beach wedding dresses [www.zoomdress.com]. The solution to making a mother of the

Leer el resto del comentario...



orange prom dresses (Puntuación 1)
por thurmanroyal el Sábado, 07 julio de 2012
(Información del usuario | Enviar un mensaje)
which are equally appreciated the devastating ones.
A speech is lovingly remembered if its information is actually packed with endearment for that newly-weds and every bit entertaining, black and white wedding dress [www.noondress.net] particularly if the fervor of the loudspeaker is gone through by the crowd. As for a wedding speech that is regarded as horrible cheap bridesmaid dress [www.noondress.net] cheap bridesmaid dress plus size wedding dresses cheap [www.noondress.net] plus size wedding dress halter [www.noondress.net] discount dresses [www.noondress.net] discount dresses homecoming dresses cheap [www.noondress.net] , lace wedding dresses [www.noondress.net] la

Leer el resto del comentario...



teawatches (Puntuación 1)
por Tarakelly88 el Martes, 14 agosto de 2012
(Información del usuario | Enviar un mensaje)
cartier replica watch [www.teawatches.net] To play for Real Madrid makes me very proud rolex replicas sale [www.teawatches.net] , fake rolex watches for men [www.teawatches.net] thank the coach trust to me, which I can grow continuously.


Arriba
 
Los comentarios y artículos son propiedad de sus autores.
Para el resto © 1999-2006 El Corresponsal de Medio Oriente y Africa.
Buenos Aires - Argentina

Web site engine's code is Copyright © 2003 by PHP-Nuke. All Rights Reserved. PHP-Nuke is Free Software released under the GNU/GPL license.
Página Generada en: 0.047 Segundos